Vers l’Oiseau vert

Le théâtre du merveilleux revisité à travers le merveilleux du théâtre, librement adapté de l’oiseau vert de Carlo Gozzi par le Collectif BPM.

Di 04.12.22 à 18:00

« L’écriture est fluide, les détails percutants, les expressions faciales et corporelles travaillées. »

I/O, Muriel Weyl, 7 mai 2019

« On rit de la justesse de l’interprétation et de l’incarnation des personnages et des situations liées à ces objets désuets.(…). Chaque geste, mimique, clignement d’œil, changement de ton est parfait et parfaitement réfléchi pour paraître parfaitement naturel. Le rire vient de là, de l’acuité totale de ce fantastique trio. »

Toute la Culture, Chloé Hubert, 22 juillet 2020

Ce qui fut dit de la pièce de Benno Besson après la première en 1982 :

« Précipitez-vous, insistez, forcez l’entrée, si on vous la refuse, mais je vous en supplie, ne ratez pas ça ! »

Jacques Nerson

Cette fable nous raconte le merveilleux du théâtre à travers des objets. Le théâtre qui fait la fête, espace en perpétuelle métamorphose, fragilité des humains, des choses et du monde, fabrication de l’illusion à vue.

Par des chemins détournés, ballottés par les soubresauts d’une dramaturgie rocambolesque, le Collectif BPM tente de rassembler les morceaux de l’histoire de L’Oiseau vert (pièce de Benno Besson inspirée de la comédie italienne de Carlo Gozzi en 1982). Cette entreprise joyeuse, sauvage et appliquée considère avec la même attention chaque facette de l’objet théâtral étudié. Il·elle·s s’égarent volontiers dans des digressions, croisent des fantômes et autres monstres, et l’histoire se raconte aussi à travers le prisme de différents points de vue. Et comme nous aimons les objets, c’est eux que nous allons faire parler…

Imaginons ce que pourraient nous raconter le décor de L’Oiseau vert, le sol foulé, piétiné maintes fois, roulé, rapiécé, meurtri, déchiré, raccommodé, les tentures, tirées, teintes, patinées, ignifugées, les arbres, les accessoires, les costumes, les masques, les chaussures… Toutes ces choses si belles que l’on remarque parfois à peine, façonnées par des mains expertes et anonymes sur un coin d’établi, au fond d’un atelier, sous les néons d’un grand hangar…

Avec Vers l’Oiseau vert, le Collectif BPM désire redonner vie au théâtre féerique qui nous éblouit et nous émerveille. Une véritable invitation à redécouvrir un certain théâtre qui n’est plus, ou qui tend à disparaître, en remettant en lumière les savoir-faire qui font la richesse et le faste d’un théâtre.

Durée : env. 1h30

Dès 10 ans

Le spectacle sera surtitré en allemand.

 

Texte : Adaptation libre de L’oiseau vert de Carlo Gozzi, mis en scène par Benno Besson (1982)

Écriture et conception : Collectif BPM (Catherine Büchi, Lea Pohlhammer et Pierre Mifsud)

Interprétation : Mathias Brossard, Catherine Büchi, Julien Jaillot, Léa Pohlhammer, Pierre Mifsud

Collaboration artistique : Matthias Brossard & François Gremaud

Direction d’acteur.trice.s : Julien Jaillot

Aide à la conception : François Gremaud

Lumière : Yan Godat

Création sonore : Andrès Garcia

Scénographie et masques : Freddy Porras

Décor : Ateliers de la Comédie de Genève

Costumes : Aline Courvoisier

Mapping  : Yann Longchamp
Surtitres : Subtext – Dòra Kapusta

Production : Collectif BPM

Coproduction : Comédie de Genève

Plein tarif : 42.-

Réduit (AVS, AI, AC) : 38.-

Etudiant·e / enfant / apprenti·e : 15.-

Professions du spectacle : 15.-

Carte culture Caritas : 21.-

Abo ½ tarif Nebia : 21.-

AG Nebia : 0.-

AG culturel : 0.-

Abonnements

Découvrez nos cartes d’adhérents et venez au théâtre selon vos envies !

Suivez toute l'actualité de Nebia grâce à notre newsletter mensuelle :

X